livres Historique Contact Alerter l'AGRIF Agenda Mon panier Affaires en cours Adhésion AccueilLivres
CommuniquésL'AGRIF L'Alliance Générale contre le Racisme et pour le respect de l'Identité Française et chrétienne 70 Bd Saint Germain 75005 Paris Tél : 0140469631 - couriel : agrif@wanadoo.fr
Envoyez vos dons à l'AGRIF vous recevrez un reçu fiscal qui vous permettra de déduire 66 % du montant versé de vos impôts à payer
Lien vers sites amis Bernard Antony David Fontey Editions Godefroy de Bouillon Jeanne Smits Le Blog de Radio Courtoisie Le salon beige Radio Courtoisie Présent Yves Daoudal
Lire les autres communiqués Le parquet de Toulouse n’accepte pas non plus la relaxe d’Houria Bouteldja et fait appel. Suite à l’appel interjeté par l’Agrif à l’encontre du jugement vraiment surprenant rendu le 25 janvier 2012 par le Tribunal correctionnel de Toulouse, le procureur de la République a décidé de reconnaître et d’accompagner notre démarche très légitime en exerçant son droit de recours devant la Cour d’Appel. Il considère en effet que le jugement du tribunal présidé par monsieur Guillaume Roussel est d’abord entaché de graves irrégularités de forme notamment en ce qu’il s’appuie sur les déclarations de témoins recueillies en dépit des règles les plus impératives du code de procédure pénale. Il observe ensuite que le jugement n’a pas du tout pris en compte les termes de la plainte de l’Agrif selon laquelle la communauté évidemment identifiée, désignée et injuriée est bien celle des « blancs » ; « ces blancs », qu’ « il faut rééduquer », qu’ « il faut bien nommer », et qu’Houria nomme en effet : « moi, je les appelle des sous-chiens ». Est-il vraiment croyable que l’on n’ait pas saisi le réciproque renforcement injurieux de ces propos additionnant : - le dédain menaçant : « ces blancs » qu’ « il faut rééduquer ». - le mépris pour ces moins que rien : « ces blancs, il faut bien les nommer ». - le racisme dégoulinant : « moi, je les appelle des sous-chiens ». Qui, sérieusement, pourrait prétendre ne pas voir là l’expression d’une venimeuse haine raciste ? L’Agrif attend désormais avec confiance de la Cour d’Appel de Toulouse la juste condamnation d’Houria Bouteldja.